Addict rencontre sexe

Rencontre sexe : y-a-t-il un risque de devenir « addict » ?

Utiliser des sites de rencontres sexy est un moyen facile de trouver un partenaire avec qui assouvir vos fantasmes. En vous inscrivant, vous trouverez des personnes ayant la même soif de plaisir, d’épanouissement et de piment que vous. Tout le monde s’exprime sans tabou ! C’est pourquoi l’aboutissement aux rencontres physiques se fait rapidement. Tenant compte de tout cela, la question se pose alors : est-il possible de devenir addict à la rencontre sexe ?

L’addiction, c’est quoi ?

Une personne est dite addict lorsqu’elle a développé une certaine dépendance à une substance, une pratique ou un individu. Elle ne parvient à s’en libérer malgré sa volonté et ses efforts acharnés. La victime ne réagit même pas face aux conséquences néfastes de cette situation. Au contraire, elle en veut toujours plus et ne parvient plus à contrôler ses pulsions.

Addict rencontre sexe
Être addict, c’est être dépendant et vouloir toujours plus

Toute chose apportant une sensation de plaisir intense, d’évasion ou de satisfaction est susceptible d’entraîner une addiction. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle le terme « dépendance ou addiction » est souvent associé à la drogue, l’alcool ou au tabac.

Qu’en est-il de la rencontre sexe ?

Les rapports sexuels activent la production de l’endorphine. Appelée également hormone du bonheur, elle favorise la relaxation et soulage les migraines et les maux de têtes. Autrement dit, faire l’amour lorsque vous êtes dans une situation de stress est bénéfique pour votre bien-être et votre santé. C’est ainsi que les rencontres sexes peuvent devenir addictif.  

D’autre part, pour avoir une relation sexuelle, il faut avoir un partenaire. Pour cela, les plateformes de rencontre coquine vous permettent de trouver rapidement une personne qui vous convient tous les jours. C’est pourquoi il y a aussi de grands risques de devenir addict de ses sites.

Comment reconnaître une personne addict aux rencontres sexe ?

D’un point de vie général, les symptômes d’une addiction sont :

  • Obsession ;
  • Isolement ;
  • Enfermement.

Voici donc comment se manifestent une addiction aux rencontres sexe.

Obsession

La personne ne peut pas s’empêcher de penser au sexe, aux nouvelles choses qu’elle pourrait essayer et au plaisir qu’elle pourrait avoir. Les aventures sans lendemain se multiplient, et les partenaires aussi. Elle n’arrive pas à passer une journée sans faire l’amour.

Dans la même optique, la victime est inscrite dans de nombreux sites de rencontres coquins pour assouvir rapidement ses besoins charnels. Elle se sent « en manque » ou malade lorsqu’elle n’ouvre pas son compte pour découvrir ses « futures » conquêtes. Généralement, un addict aux rencontres sexe se masturbe régulièrement.  

Isolement et enfermement

Comme nous l’avons mentionné plus haut, un addict aux rencontres sexe n’arrive pas se déconnecter de ses compte sur les sites de rencontre. Il arrive souvent qu’à force d’être occupé par sa quête de partenaire, il coupe les ponts avec ses amis ou sa famille.  Il est aussi très occupé à draguer et parler avec ses éventuels « coups d’un soir ».

Par ailleurs, lorsqu’elle prend conscience de son cas, une personne addict aux rencontres sexe s’isole de son entourage. Elle a honte et la peur du jugement des autres l’effraie. Elle sait qu’elle a un problème mais comme elle n’arrive pas à s’en défaire, elle préfère s’éloigner.

Quelles sont les dangers de l’addiction aux rencontres sexe ?

Les effets néfastes de l’addiction au sexe sont perceptibles dans tous les aspects de la vie :

  • Risque d’attraper des maladies sexuellement transmissibles à force de changer de partenaire ;
  • Dépenses exorbitantes dans les app pour trouver un plan cul, les prostituées, les sextoys ou encore les chambres d’hôtel ;
  • Perte de contact avec les proches ;
  • Rupture amoureuse et/ou divorce.

Conclusion

L’addiction aux rencontres sexe peut arriver à tout le monde, homme ou femme. C’est un trouble comme un autre. Il ne faut pas en avoir honte. Au contraire, il faut oser en parler, de préférence à un sexologue ou un sexothérapeute, pour s’en sortir rapidement. Pour tous ceux qui n’en sont pas encore à ce stade, il n’est pas interdit de se faire plaisir de temps à autres. Il faut juste apprendre à se contrôler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *